Groupe d’échange Anorexie-Boulimie

Le mardi de 15h30 à 16h30

Ce texte à été élaboré avec la collaboration de nos patientes.

Ce groupe concerne les patient(e)s hospitalisé(e)s pour ce trouble mais aussi en pré- ou en post-hospitalisation. Il est hebdomadaire et dure une heure. Il est animé par le Dr Sébastien Machefaux, médecin référent de ce trouble au sein de la clinique, et Jean-Yves Jacquet, masseur-kinésithérapeute et psycho-somaticien. Les thématiques choisies par le groupe ou proposées par les animateurs concernent souvent les symptômes et la maladie mais aussi les difficultés existentielles rencontrées.

C’est un espace d’expression et d’écoute réciproque, d’échange et de partage d’émotions, de vécus et d’expériences. Il tente d’être le plus rassurant et contenant possible. Les valeurs telles la liberté de parole (comme de sa non-monopolisation et comme la liberté de silence), la confidentialité, l’authenticité, l’entre-aide, la bienveillance et le non-jugement sont à respecter.

Les animateurs ont les rôles suivants : psychoéducation, modération de la séance, veille du bon respect des valeurs du groupe.

Le groupe poursuit les objectifs suivants :

  • diminuer le sentiment d’isolement et de stigmatisation par la reconnaissance d’expériences, de difficultés communes et d’émotions partagées,
  • générer un sentiment d’appartenance à un groupe, d’acceptation et de validation de ce que l’on est et ce que l’on vit,
  • inspirer et encourager par la narration des histoires de développement personnel et de rétablissement,
  • améliorer et guérir par imitation, apprentissage interpersonnel et enrichissement par la créativité que le groupe génère, par les feed-backs, cheminements, stratégies, perspectives, points de vue, réflexions, outils, ressources, échecs et réussites des autres,
  • améliorer la conscience de soi et la compréhension de soi par les mêmes processus,
  • insister sur le fait que chacun est acteur de son changement et valoriser l’engagement dans les soins,
  • libérer la détresse émotionnelle (honte, culpabilité,…) par l’expression de celle-ci (catharsis),
  • aider à surmonter les difficultés de socialisation et les difficultés interpersonnelles, et ainsi aider à développer de nouvelles compétences relationnelles, à diminuer l’anxiété sociale et améliorer l’affirmation de soi,
  • apporter une meilleure estime de soi par la plupart des processus précédents,
  • rassurer les patient(e)s non encore hospitalisé(e)s quant à l’hospitalisation, son utilité et son mode de fonctionnement.